Intérieur nuit

Assise sur un tabouret de bar
Les paroles sont plus au moins les mêmes
Je chante parfois
Le décolleté ouvert

Mandarine, fromage et picrate
Clopes, les yeux fermés
L’oreille tendue, aux aguets
Prête à rebondir sur le grincement anodin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s