Circus

Lorsque j’avais ton âge
Tout comme toi, je redoutais de grandir
Pourtant, l’enfance ne disparaît jamais

Les temps se superposent
Passé, présent et futur s’entremêlent constamment
Un jour, tu te souviendras de cet instant
Ta mémoire gardera le sentiment de mes paroles mêlées
Au son des machines à sous
A l’odeur de la barbe à papa et des beignets bon marché

Le souvenir est immortel

L’enfant que tu as été
Restera en toi, pour toujours
Dans ta chair, dans tes os, dans ton sang

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s